Strasbourg-Méditerranée | CONCERT
462
single,single-portfolio_page,postid-462,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,

 

 

Gérard Noiriel

Gérard Noiriel

Vendredi 7 octobre
17h00
Librairie Kléber

visuel_affiche_chocolat_expo
crédit (c) DAJA

Gérard Noiriel, historien, spécialiste de l’histoire de l’immigration parlera notamment de son livre « Chocolat, la véritable histoire d’un homme sans nom », Bayard, 2016.

Dans le cadre des Semaines pour l’égalité et la lutte contre les discriminations de la Ville de Strasbourg du 26 septembre au 14 octobre 2016.

Esclave cubain vendu à un marchand, Rafael est embauché dans un cirque et arrive à Paris en 1886 (il a environ 18 ans). Deux ans plus tard, il triomphe au Nouveau-Cirque (l’un des établissements les plus prestigieux de la capitale) dans une pantomime : la Noce de Chocolat. Il formera ensuite un duo avec le clown anglais Footttit. Rafael a été également l’un des premiers acteurs du cinéma muet (filmé par les frères Lumière) et de la publicité. Il est mort à Bordeaux, en 1917, dans la misère, enterré dans une fosse commune, sous le nom de Rafael Padilla.

Le clown Chocolat a été refoulé de la mémoire collective nationale parce qu’après l’Affaire Dreyfus, la France républicaine a préféré ignorer les raisons pour lesquelles il avait fait rire le peuple français. Chocolat a incarné le stéréotype du nègre rigolo, battu mais content. Néanmoins, sa popularité s’explique aussi par ses talents d’artiste ; notamment de mime et de danseur (immortalisé par Toulouse-Lautrec dans sa lithographie : « Chocolat dansant dans un bar »).

L’histoire du clown Chocolat montre le rôle majeur qu’ont joué les artistes venus de tous les horizons dans les enrichissements de notre patrimoine culturel. Le fait qu’il ait été complètement oublié illustre le travail qui reste à faire pour que notre mémoire collective soit enfin à l’image de la société plurielle dans laquelle nous vivons.
Cette histoire nous interpelle aussi sur la question des discriminations et des stéréotypes alimentés par les préjugés dominants.

Strasbourg-Méditerranée consacre un ensemble de manifestations à l’histoire du clown Chocolat entre préjugés et liens de solidarité.

A voir également : le spectacle Chocolat Blues le vendredi 7 octobre à 20h00, Salle des Colonnes – Fabrique de Théâtre et l’exposition On l’appelait Chocolat / Sur la piste d’un artiste sans nom du 26 septembre au 14 octobre, Salle des Colonnes – Fabrique de Théâtre.