Strasbourg-Méditerranée | ÉDITOS
L'association Strasbourg-Méditerranée est pensée et conçue comme un réseau. Elle œuvre à valoriser et promouvoir en Alsace l'histoire, les mémoires et les cultures de la Méditerranée. Elle organise le Festival et en alternance, tous les 2 ans les Rencontres de Strasbourg-Méditerranée.
Strasbourg-Méditerrané; strasmed; Alsace; histoire; mémoire; culture; festival; littérature; musique; rencontres
2511
page,page-id-2511,page-child,parent-pageid-2441,page-template-default,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,

ÉDITOS

 

 

Morocco, Rabat, 2004 Maroc, Rabat, 2004 Malik Nejmi / Agence VU© Malik Nejmi / Agence VU

 

L’Europe de 2019 a été la scène d’une montée en puissance de l’extrême droite, sinon d’une droite dure, anti-populaire et anti-démocratique.

Ces forces fascisantes et liberticides ont su capter les inquiétudes et la colère des secteurs des peuples d’Europe victimes des mesures de réduction drastiques des dépenses publiques censées assainir et réformer les économies européennes, des délocalisations massives des industries européennes vers des pays à main d’œuvre sous-payée, d’un marché de l’emploi ayant fait sienne la concurrence déloyale par dumping social !

Ces vendeurs d’illusion proposent d’ériger des murs contre des envahisseurs fantasmatiques pour détourner les regards des vraies causes des souffrances actuelles vers des boucs émissaires : hier le Juif, puis l’Arabe, le Nègre, aujourd’hui le Musulman, l’AUTRE, le DIFFERENT.

Cependant, maintes expériences de luttes et de nombreuses initiatives populaires jettent des brins de lumière contre ces forces brunes s’irriguant des fonds sombres de l’humanité que l’on croyait à jamais contenues. Les peuples des pays du Maghreb et de l’Afrique vivent des mouvements porteurs d’espoir et font face aux résistances de ceux qui ont pris l’habitude de vivre en pillant et dilapidant les richesses de leur peuple… Ceux des rives Sud-Est de la Méditerranée vivent des situations de guerre qu’ils n’ont pas provoquées, ni voulues…

Il résulte de ces situations des crises humanitaires et des mouvements massifs de populations vers les pays nord-méditerranéens dont les dirigeants n’avaient pas préparé l’arrivée.

Notre propre pays a connu en 2018-2019 une situation de crise sociale et de répression sans précédent depuis les années 80 et notre planète Terre n’a jamais été écologiquement aussi mal portante qu’aujourd’hui.

A la fin du XXème siècle et lors du lancement du festival Strasbourg-Méditerranée, ses promoteurs avaient en tête l’utopie de la construction d’une Europe sociale, juste et fraternelle, dont la force, le développement et le rayonnement s’édifieraient dans une relation d’égalité et de co-développement avec les pays des rives Sud et Est de la Méditerranée.

Fidèle à cette même utopie, l’édition 2019 du Festival sera l’espace démocratique où différentes sensibilités culturelles, artistiques et de pensées interrogeront ou s’exprimeront, qui pour confronter son constat et son analyse, qui pour proposer un espoir, un rêve ou une utopie… Aussi, l’édition 2019 est-elle dédiée aux peuples en lutte pour leur émancipation, et plus particulièrement à l’Algérie.

N’est-ce pas qu’un être humain sans rêve est un être mort, et qu’une société sans utopie, une société grise et figée ?

 

Hossein Mokry — Président de Strasbourg-Méditerranée

 

Le Festival Strasbourg-Méditerranée propose, pour sa 11ème édition, la thématique Par-delà les murs, dans le prolongement des thématiques des éditions précédentes : l’hospitalité, les identités, les frontières, les héritages, les exils, les métissages, Rêver la ville, les utopies.

Ces thématiques expriment la condition de l’altérité et ses multiples figures, telles qu’elles résultent de l’histoire euro-méditerranéenne, récente et ancienne, de l’actualité, de la géopolitique, et de leurs représentations.

Par-delà les murs, ces murs, physiques et symboliques, réels et imaginaires, nouveaux et anciens, qu’on érige et qui prolifèrent dans les violences de l’histoire, des guerres, des conquêtes, des occupations, des dominations des peuples. Ces murs comme autant de régressions et d’enfermements, de dénis et de négations de l’autre, au nom de la couleur, de l’origine, du genre, de la condition, de la religion, de l’idéologie, de la doctrine, du dogme…

Au programme, plus de 60 événements : hommages, concerts, spectacles, films, expositions, débats, rencontres, lectures, contes, ateliers ; un focus sur l’Algérie, entre histoire, mémoire et l’actualité de la révolution populaire et citoyenne du 22 février, évènement politique et historique considérable, porteur d’une grande espérance démocratique pour le pays et pour la région.

Les propositions de cette nouvelle édition s’évertuent à soutenir ce postulat au cœur de notre engagement associatif : nous sommes tous ces petits riens qui font le « Tout Monde » (Edouard Glissant), la culture, l’art, la pensée critique, sont leur sublime et imparable agrégation, par-delà les murs de la servitude, du renoncement, de la résignation.

Par-delà les murs: la possibilité de la rencontre, d’un dépassement, un horizon d’espérance ; la perspective d’un monde commun, une résistance contre toutes les formes de séparation, d’inégalités, de racisme, d’assignation, de rejet, de discrimination, une quête d’émancipation, individuelle et collective, un combat toujours renouvelé pour la liberté et la dignité humaine.

 

Salah OUDAHAR — Directeur artistique

 

affiche-40x60 Festival Strasmed 2019