Strasbourg-Méditerranée | Rêver sa ville, c’est très bien !
En prélude au spectacle de Tartine Reverdy, le hall de la Cité de la Musique accueille une joyeuse kermesse pendant laquelle les enfants et leurs familles originaires des rives de la Méditerranée, d’ici ou d’ailleurs sont invités à proposer et à participer des ateliers, des jeux, une exposition et à partager thé, gâteaux et rêves.
422
single,single-portfolio_page,postid-422,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,

 

 

Rêver sa ville, c’est très bien !

Concert 

Proposé par Décade

Dimanche 22 novembre

15h00 animations et ateliers
16h00 concert

Cité de la Musique et de la Danse

PT : 8€
TR : 5€
Moins de 12 ans : gratuit


En prélude au spectacle de Tartine Reverdy, le hall de la Cité de la Musique accueille une joyeuse kermesse pendant laquelle les enfants et leurs familles originaires des rives de la Méditerranée, d’ici ou d’ailleurs sont invités à proposer et à participer des ateliers, des jeux, une exposition et à partager thé, gâteaux et rêves.


Grandir ici par dorafilms

Rêver sa ville, c’est très bien ! :

En ouverture du Festival Strasbourg Méditerranée 2007, Tartine Reverdy invitait le public à chanter avec elle et quelques enfants sans papiers « Laissez-les grandir ici » après un travail avec le Réseau Education Sans Frontière. Aujourd’hui, elle accueille à nouveau des enfants sur scène, venus piocher dans un répertoire qui parle des villes et des amis, qui fait pousser des fleurs et apparaître des vaches indiennes. Ils ont travaillé pour ce spectacle dès la rentrée en classe et dans les centres sociaux.

Ces chansons sont recoloriées pour l’occasion par les trois voix de Tartine Reverdy, Anne List et Joro Raharinjanahary et toutes sortes d’instruments d’ici et d’ailleurs, rejoints par deux musiciens du Grand Ensemble de la Méditerranée, Lior Blindermann (oud) et Yves Béraud (accordéon). Un spectacle tendre et léger qui cache son humeur grave derrière un grand soleil.

Avec la participation des écoles Sainte-Aurélie, Sainte-Madeleine, Schluthfeld et Jean Fischart, et de l’atelier photo du Collège Kléber de Haguenau.